rueVisconti
"hors les murs"

galerie, maison d'édition
et de production d'art


tel: + 33 (0)6 51 17 28 09
 
 

 

Gérard Traquandi
photographe

 

format : 25,5 x 20,5 cm
60 pages
entretien avec Anne Cartier-Bresson
(français-anglais)

Tirage de Tête
900 €

30 exemplaires accompagnés d'une photographie numérotée et signée par l'artiste

Photographie de Gérad Traquandi jointe au tirage de tête de son livre

30 ex. numérotés de 1 à 30
5 ex. hors commerce
numérotés de H.C. I à H.C. V


Version Courante
45 €


ISBN : 978-2-919-53105-9

 

Photo de la couverture du livre de Gérard Traquandi

 

 

 

 

 

 

(...) À quoi bon le peindre si on peut le photographier : cette évidence, qui est à l’origine de ce que l’on appelle la modernité, me semble toujours pertinente. C’est de cette manière que cette aventure avec la photographie a commencé pour moi et, si elle est toujours présente dans mon atelier, elle n’a plus du tout le même statut.
Dans les années 1980, comme beaucoup de peintres, j’utilisais la photo comme information visuelle en opérant par addition et en mixant plusieurs sources, formant un tout ainsi que le disait cruellement en son temps Caspar David Friedrich, par « ravaudage ». Ces images me servaient d’aide-mémoire mais je sentais une sorte de gêne à les utiliser. Plutôt que de renforcer la mémoire visuelle, la photo a tendance à la figer. Toutes ces photos autour de moi m’encombraient. Les informations qu’elles procurent sont beaucoup plus autoritaires qu’il n’y paraît. Voilà pourquoi, au lieu d’utiliser la photographie à des fins picturales, j’ai décidé de la pratiquer en tant que telle. Séparer ces deux médiums m’a semblé plus intéressant, et finalement plus ambitieux, que de les mélanger.
À partir de là, le rôle de la photo a fonctionné à un autre niveau. La texture d’une photographie reste relativement maigre par rapport à celle de la peinture, du moins telle que je l’utilisais alors. Le fait de produire un maximum d’effet avec un minimum de matière m’a passionné et, depuis, cette économie a peu à peu irrigué tout mon travail.

(...) La résinotypie, qui est ma technique de prédilection, si belle soit-elle, n’autorise pas tout. Elle a ses limites. Ses propriétés sont telles que le sujet photographié peut être dévoré par l’effet de matière qu’offre la technique. Mes prises de vue sont déterminées par le procédé. J’ai pu rapidement constater qu’une lumière trop forte, produisant des ombres portées à la prise de vue, contribue à donner au tirage des zones noires qui brisent totalement la composition. Par ailleurs certaines textures ne permettent pas un bon rendu. En revanche cette capacité à restituer en détail la finesse de certains matériaux m’a amené à choisir des compositions de type « all over », laissant envahir la totalité de la surface par un même motif, sans arrière-plan. Ceci me permet d’utiliser la richesse du procédé en évitant toute redondance…
Comprenez bien, je n’utilise pas la résinotypie pour donner une qualité particulière à mes images, mais c’est la relation entre les deux moments de la prise de vue et du tirage qui est au cœur de mon travail. Cette prise de conscience du temps du regard et de celui de l’atelier a sans doute influencé là encore ma pratique de peintre.

Gérard Traquandi, lors d'un entretien avec Anne Cartier-Bresson (extraits)

 

voir l'exposition de gérard traquandi

retour vers le haut de la page

galerie rueVisconti
 

contact : Juliette Gourlat
j.gourlat@ruevisconti-editions.com

Mise à jour le 22.04.2017 © 2015 Juliette Gourlat