rueVisconti
galerie, maison d'édition
et de production d'art

17-19, rue Visconti 75006 Paris
tel: + 33 (0)6 51 17 28 09
du mardi au samedi de 14h à 19h
 
 

 

gloria friedmann
autoportraits, série n°1

 

format : 20 x 25 cm
128 pages - relié
90 illustrations
texte de philippe dagen

Tirage de Tête

10 exemplaires accompagnés d'un tirage original signé et numéroté par l'artiste
et
5 ex. hors commerce
numérotés de H.C. I à H.C. V


Version Courante
25 €


ISBN : 9782862344461

 

Couverture du livre de Gloria Friedmann : Autoportraits, série n°1

Vue d'une double page du livre de Gloria Friedmann : Autoportraits, série n°1 espaceVue d'une double page du livre de Gloria Friedmann : Autoportraits, série n°1espaceVue d'une double page du livre de Gloria Friedmann : Autoportraits, série n°1

Autoportrait, série N°1, 1979 constitue la première démarche artistique de Gloria Friedmann; six mois plus tard elle décide de devenir artiste et exposera au Centre Pompidou en 1980. Ces photographies sont à voir comme autant d’autoportraits dans lesquels l’artiste, nue, se met en scène dans des lieux inoccupés et vides, interagit avec des objets du quotidien.
Chaque tirage en noir et blanc a été retravaillé à la peinture à l’huile. Les objets, les corps, les murs ont été rehaussés de couleurs vives créant un univers hautement coloré. Une luminosité teintée d’ocre jaune, douce, égale et avec laquelle le bleu turquoise ou le rose vif d’autres rehauts contraste vivement. D’autres images ainsi retravaillées font évidemment songer à des clichés en couleur, quand la peau est rose, le sol jaune, le mur vert.*
C’est en ajoutant de la couleur à ces tirages que l’artiste fabrique son propre décor qui n’est pas sans rappeler l’esthétique pop art. Dans les images de Gloria Friedmann, non seulement les lieux sont sans qualité et dépourvus du moindre élément de confort, mais le cadrage et la lumière ne mettent qu’exceptionnellement en évidence la glorieuse nudité d’un corps qui se livre au regard.*
Chaque image est à voir comme une métamorphose qui tombe dans la couleur. L’artiste met en scène son propre corps dans une atmosphère intimiste et colorée. En côtoyant des objets du quotidien – un seau en plastique, un ventilateur, des journaux, un téléviseur –, ce corps devient un élément de la composition photographique et se transforme en un terrain de jeu aux multiples possibles.
Sur une image, Gloria, nue, de face, quoique partiellement cachée par des rideaux, tient dans sa main droite deux oeufs à hauteur de son sexe. Son bras et sa main gauche dissimulent son visage, posture habituelle de toute femme qui redoute, pour une raison ou une autre, qu’on la reconnaisse sur la photo.
Femme, homme, modèle, photographe, vrai, faux, montré, caché : impossible d’arrêter le mouvement tourbillonnant qui emporte ces images.*

*Extraits du texte de Philippe Dagen "Métamorphoses de Gloria F."

 

voir l'exposition de gloria friedmann

retour vers le haut de la page
galerie rueVisconti
06 51 17 28 09
 

contact : Juliette Gourlat
j.gourlat@ruevisconti-editions.com

Mise à jour le 20.02.2017 © 2015 Juliette Gourlat