rueVisconti
galerie, maison d'édition
et de production d'art

17-19, rue Visconti 75006 Paris
tel: + 33 (0)6 51 17 28 09
du mardi au samedi de 14h à 19h
 
 

 

Tania Mouraud
photographe

 

format : 25,5 x 20,5 cm
184 pages
texte inédit de Régis Durand
(français-anglais)

Tirage de Tête
450 €

30 exemplaires accompagnés d'un Rubato, tirage original signé par l'artiste

Photographie accompagnant le tirage de tête du livre de Tania Mouraud

25 ex. numérotés de 1 à 25
5 ex. hors commerce
numérotés de H.C. I à H.C. V


Version Courante
38 €


ISBN : 978-2-919-53100-4

 

Photo de la couverture du livre de Tania Mouraud

 

 

 

Pour Tania Mouraud, la photographie est liée, selon ses propres termes, à l’«art de la promenade ». Errer dans la ville, s’y laisser porter par le foisonnement des signes jusqu’à ce qu’une idée prenne corps, ou plutôt qu’une méthode se mette en place, un protocole, un principe d’organisation de ces signes en système. De sorte que de la flânerie on passe à l’oeuvre (en tout cas aux prémices de l’oeuvre), du foisonnement incontrôlé à l’unicité du thème ou de la série (par exemple, Vitrines, ou Rétrovisée).
Il s’agit bien là, en un sens, de ce que l’artiste qualifie de portraits de ville.
Mais les choses ne sont pas aussi simples, et chacun des principes constituants de ces ensembles éclate dialectiquement en son envers, comme un fruit trop mûr se défait dans nos doigts et révèle sa matière intérieure en voie de transformation. Les tensions et les renversements auxquels je fais allusion sont de plusieurs ordres. Il y a d’abord (mais cet ordre ne reflète pas une expérience réelle, il ne s’agit que d’une chronologie analytique) – il y a d’abord, donc, la pure ivresse du multiple, l’immense jouissance qu’on imagine du nombre et de l’«ondoyant ». Tout se passe comme si cette multiplicité avait déjà, en elle-même, un caractère artistique, en ce sens que s’y plonger et y évoluer impliquerait déjà une présence artistique au monde.
(..)
À y bien réfléchir, tous les travaux photographiques de Tania Mouraud concernent des espaces clos et ouverts à la fois – ouverts, tout au moins, à la vue. Vitrines, automobiles, balles de foin, enveloppe de plastique autour des saignées du latex, sans oublier le Palace, bel exemple de cette tension qui en fut peut-être la marque la plus distinctive. Tout se passe comme si cette double nature revêtait la plus grande importance pour l’artiste – des dispositifs captifs trouvés, ready made en quelque sorte, qui évitent tout souci de composition, mais qui laissent la plus grande place à la variété et à l’accidentel. Pour un peu, on dirait que nous sommes dans une logique de la variation, dans laquelle le « thème » – un même choix d’objets, vitrine, voiture balle de foin, etc. – est pris en charge par l’appareil photo qui définit et impose ses propres paramètres (cadre, profondeur de champ, etc.), quitte à ce que le ready made soit ensuite modifié par le recours à l’ordinateur. C’est en ce sens que l’on peut dire que l’appareil photo fonctionne comme un outil technologique de base, sans prise en considération des habituels attributs de l’acte photographique, mais en pleine conscience des « légitimités techniques » qu’il implique.
Un des buts recherchés semble être la minimisation de l’illusion perspectiviste, au bénéfice de la frontalité et d’une mise à plat.

Régis Durand (extraits de la préface)

 

voir l'exposition de tania mouraud

voir le vinyle d'artiste de tania mouraud

retour vers le haut de la page
galerie rueVisconti
06 51 17 28 09
 

contact : Juliette Gourlat
j.gourlat@ruevisconti-editions.com

Mise à jour le 20.02.2017 © 2015 Juliette Gourlat